Entrez dans un nouveau monde, une nouvelle région, et découvrez Pokemon sous un autre angle dans ce RPG.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prof.Delfixyon
Admin
avatar

Messages : 132
Pokedollars : 2181
Date d'inscription : 22/04/2012

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   Dim 17 Juin - 14:45

J'aime m'échapper de mon laboratoire, ce n'est pas que je n'aime pas ce que je fais, mais c'est surtout pour découvrir d'autres lieux, déceler d'autres secrets, et peut être trouver ce que je cherche... J'ai voyagé dans pas mal de villes d'Alma, chacune était unique en leur genre, le paysage, les pokemons, les activités et même le type des personnes différaient. On pourrai penser que c'est intéressant pour un scientifique de voir toutes ces choses, de les analyser et de donner son opinion, pour moi c'est d'un ennui total, je hais ces gens tous plus hypocrites les uns que les autres, ils ne m'ont rien fait mais je me dis que ce sont tous les même quelque soit la ville, tous à proposer leur aide mais le moment venu plus personne n'est là, que de belles paroles. On peut dire que j'analyse oui, mais pas pour donner mon opinion, simplement pour la confirmer, je n'ai encore rencontré aucune personne qui soit différente des autres, aucune qui serai capable de comprendre ce que je ressens.

Enfin je dis ça, mais j'ai bien Evoli, mon compagnon qui m'a sauvé de cette solitude et sauver de moi-même lorsque je commençai à tourner mal, je lui dois tout. Elle était sur mon épaule durant ce voyage, bien trop flemmarde pour marcher. Je commençai moi même à fatiguer, j'avais longuement marché sur une route pour le moins peuplée, énormément de personnes prenaient le même chemin que moi. Je me dirigeais vers Baienville, cette route était la plus pratique pour y accéder car elle joignait InterCity, la ville de rond-point servant simplement de lieu de repos pour les voyageurs se rendant dans les grandes villes. J'avais été bouscule pas mal de fois sur la route, mais j'étais finalement arrivé dans cette ville, fatigué et pressé d'aller dormir même si nous étions encore en fin d'après-midi.

Mais je fus surpris quand je vis l'attroupement de personne qu'il y avait sur la grande place, intrigué, je m'approchai. J'entendais des cris et des applaudissements, j'en déduis donc que c'était seulement un match Pokemon, mais au vu du nombre de personne, ce n'était pas un combat ordinaire et je le compris quand je reconnus l'un des dresseurs. Je l'avais déjà vue à la télé, ils en avaient tellement parlé pendant plus d'une semaine qu'il était impossible de ne pas savoir qui s'était, il s'agissait de la plus grande dresseuse d'Alma, Melody O'Hara. Elle avait un visage plutôt banal mais joli à regarder, des yeux en amandes, et de longs cheveux attachés, une bien jolie femme.

Mais je m'arrêtai rapidement de la regarder car je me rappelais de la scène qui avait eue lieu durant mon enfance. Je m'en rappelai, c'était très ressemblant à maintenant, une personne qui attire l'attention de tout le monde, tous les yeux rivés sur elle, si un accident avait lieu maintenant, personne ne le verrai et personne n'agirai, comme quoi qu'importe la ville, les personnes restent les mêmes. C'était vraiment attristant de voir ça, on peut dire que je commençai à bouillonner intérieurement. Mais je ne pouvais juger cette personne, je ne savais rien sur elle, je voulais lui parler pour savoir si c'est une personne superficielle fière de son statut ou si c'est une personne restée simple.

Le combat prit fin avec la victoire de Melody, le troupeau s'éloignait, je pouvais à présent m'approcher. Elle était entrain de caresser son pokemon, un feunard d'une couleur peu ordinaire, un shiney sans doute. Je me tenais à présent devant elle, la concernée se leva surement pour me saluer, mais je l'interrompis dans se démarche en lui demandant d'un ton énervé limite ironique :

Bonsoir, es-tu bien la GRANDE maître Pokemon d'Alma, l'idole de chacun, l'adoratrice de pokemon Melody O'Hara ?

Je venais de me rendre compte du ton que j'avais employé, ce n'était pas vraiment polis de ma part, mais je n'avais pas envie de me rectifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemonrpgv3.probb.fr
Melody O'Hara
Maître Pokemon d'Alma
avatar

Messages : 118
Pokedollars : 2142
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Quelque part, dans les cieux

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet: Re: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   Dim 17 Juin - 22:34

Parfois dans votre vie, vous aurez une envie irrépressible de vous évader, de quitter toute vos responsabilités afin que le monde puisse vous paraitre sous un jour meilleur. Une fois dans la nature, loin de toute angoisse liée au quotidien, vous vous sentez alors pour la première fois libre tel un pokémon dans le ciel. Si chez vous ce souffle de liberté ne vous anime constamment, pour moi, il chante à longueur de journée. En effet, depuis ma victoire sur le maître d'Alma, des contraintes que je ne connaissais pas vinrent à ma rencontre tel que les fans et les journalistes. Je dois reconnaître que ces hordes d'inconnus admiratifs devant vos performances ne sont pas si désagréable lorsque la clameur ne vous houspille à longueur de journée.
Quant à ces journalistes, ces rapaces qui tournent toujours autour de vous, les interviews à répétition sonnaient à l'unisson à mon oreille tant les questions étaient semblables et si peu diversifiées. Parfois, elles en devenaient même ridicule par le questionnement de mon quotidien, par leur curiosité sur la marque de mes céréales du matin ou bien par le gel douche que j'utilise au soir. La dernière en date, celle de la vielle à Happy City, avait été celle de trop aussi, le nuit même marqua mon départ vers de nouveaux horizons comme au temps ou je n'étais qu'une simple dresseuse. Un firmament pour rêver au lieu d'un simple plafond, je m’assoupissais dans les chants nocturnes d'Hoothoots. Je me levai alors que le soleil répandait a peine ses premiers halos a l'horizon, lorsque le ciel noir et étoilé commence a perdre de son insondable pour se teinter de couleurs bleutés de plus en plus clair, lorsque la rosée du matin se condense peut a peut, et, perlant sur l'herbe fraiche, allait bientôt faire briller comme milles parures de diamants, l'herbe et les feuillages bordant le chemin. Être né du rêve, ma pensée ne pouvait détacher son attention des cieux que j'aimais tant, songeuse lorsque le regard croisait le sillage d'une créature aux aspects inattendus.

Au Zénith, la chaleur solaire me piquait vivement au point d'arracher quelques sueurs de mon front, à contrario, Feunard se portait comme en charme, visiblement revitalisé par l'astre, se riant allégrement de la tourmente que son soleil adoré me faisait subir. Je ne pouvais m'empêcher de lui transmettre le fond de ma pensée en lui donnant aux fesses, un bon gros coup de pied bien énergique. Il n'en ria que plus fort, amusé par cette saute d'humeur typique de ma part lorsque le songe agréable est brisé par un quelconque évènement extérieur. Au moins, cela me permit de voir devant moi les Sources Thermales, délicieuses sources chaudes aux propriétés revigorantes! Tout ce qu'il me fallait afin d'atténuer les douleurs dues à la marche! A la caisse, on fut ravit de ma présence, les honneurs me furent servit dans toute la fausseté que procure le sourire forcé mais cela semblait leur faire tellement plaisir de me voir, que je n'allais pas leur priver d'une si bonne publicité! Alors que je prépare à plonger dans l'eau, les quelques femmes présentes stoppèrent leur conversation à cause de mon intrusion indiscrète. M'installant dans mon coin après une brève salutation, il me semblai que leur "passionnante" discussion au sujet d'un acteur du feuilleton en vogue "Vollucité 90210" reprit comme si de rien n'était, tout en me surveillant d'un regard difficile à décrire. Un de ces regard de Séviper au soleil, dont vous ignorez s'il va vous attaquer à votre approche ou bien vous laisser continuer votre bonhomme de chemin tranquillement, sans provoquer d'histoire. Je ne savais pas quoi penser d'elles, et à vrai dire, je n'en avais que faire! Le venin des dames peu vertueuses pouvait bien être craché dans mon dos que mon esprit me permettait de passer outre dans la dignité et l'imaginaire. Au pire, les mauvais échos allaient e revenir sans provoquer plus de dégâts. D'ailleurs, à ce petit jeu là, elles en furent les premières lassées en quittant l'enceinte du bâtiment, me laissant enfin à la solitude que j'aspirais depuis quelques temps. Qu'il était bon de se prélasser après tant d'épreuves!

Je sortis des Sources Thermales, le corps tout aussi revigoré que l'esprit, prêt à continuer mon interminable route vers la perfection. J'avais beau être le maître de cette région, l'entraînement ne devait jamais être négligé! Me dirigeant vers la sortie de la ville après avoir fait mes provisions, un dresseur soudain interpella soudain ma personne par le biais d'un fort cri tapageur. Nous étions alors vers la fin de l'après midi, nous étions encore sur la grande place et mes bras étaient encore chargés par mes derniers achats. Feunard me regarda, la pupille amusée par la perspective d'un combat tandis que le jeune homme impétueux, insistait lourdement pour que le match ai lieu.

-Et bien! Avec plaisir!

Rageant rapidement mes affaires dans ma besace fétiche, je lui laissai l'honneur de commencer le premier. Savez vous quel était son premier pokémon? Un magnifique Heledelle tout fraîchement évolué! A adversaire aérien, on réserve un accueille électrique! J'envoyai Elekable mon petit dernier, dont l'apparition avait laissé coi la foule nous entourant. Il est vrai que ce pokémon était le moins connus d'entre tous, sûrement parce qu'il était le dernier que j'avais attrapé ces temps ci. Inconnu du public, il allait devoir faire ses preuves dans la discipline que j'avais instauré.
Heledelle lance Aéropique, touchant en pleine face le pokémon électrique. Ce dernier, furieux par l'attaque, sautillait sur place tel un enfant en pleine crise de caprice, le rendu était assez comique par son visage énervé normalement terrifiant pour un tout autre membre de son espèce. Soupirant, je lui ordonnait de lancer une attaque Tonnerre en plantant l'une de ses queues dans le sol afin que la puissance délivrée, ne soit trop dangereuse pour l'oiseau. Attaque réussi, le pokémon, coupé en plein vol, chute inexorablement vers le sol, K-O. Le prochain sur la liste, fut un Gardevoir que je laissai aux bons soin de mon Mew métamorphosé. Et oui, Mew, par sa timidité maladive, a naturellement beaucoup de mal pour se montrer tel quel aux yeux de tous. Aussi, pour les combats que nous disputons, il est absolument nécessaire que j'énonce une espèce au sortir de la pokéball afin que le pokémon se trouve un camouflage parfait. Sa science des attaques étant infinie, il n'éprouvait le moindre mal à exécuter une attaque peu répandue, ni une peu utilisée. Pour ce combat, Mew était un Scalproie usant de Tranche-nuit pour parvenir à ses fins. Il loupa de nombreuses attaques alors qu'on lui faisait subir des psyko à répétions mais il parvint à mettre son adversaire K-O après s'être habitué au nouveau corps. Il ne lui restait plus qu'un pokémon à utiliser, il choisit d'envoyer aux yeux de tous, le Corboss qui, selon expression faciale évidente, devait être sa plus grande fierté! Pour cette dernière joute, je décidai de mettre ma réputation entière sur les épaules de mon plus fidèle allié, Feunard se lança dans la bataille par un bond gracieux de sa spécialité. Esquivant son assaillant, Feunard crachait ses flammes avec une aisance certaine sur son emplumé d'adversaire. Ainsi, la victoire se termina sur un Lance-feu magistral brûlant les dernières plumes du Corboss vaincu. Oh! Pas d’inquiétude à avoir! L'infirmière Joëlle, la grande experte en bébête, se ferait une joie de les faire repousser en un temps record!

-Bien. Ce fut distrayant! Au plaisir de te ré-affronter un jour quand tes pokémons seront mieux entraînés. Le garçon avait l'air abattu,Ne perd pas de vue tes objectifs et tes rêves! Il n'y a qu'eux et tes pokémons qui te permettront de tenir dans les coups durs.

Il part sans plus de cérémonies, tout comme la foule qui se dissipait, satisfaite d'avoir assistée à une telle joute. M’asseyant sur banc pour qu'un être au moins, apprécie le spectacle du crépuscule à sa juste valeur. Ma main caressait du bout des doigts, la fourrure bleuté du pokémon feu. Nos conversations, nous les faisions uniquement lorsque le monde nous oubliait.

-Eh bien Feunard? Tu t'es bien amusé?
-Oh tu sais! Vu la prétention sur son visage, il ne devait être doué. C'était facile!
-J'ai eu la même prétention, et voila où nous en sommes.
-Oui mais...
-C'est la vérité. N'étions nous pas nous même, deux impétueux compétiteurs? Je te rappelle qu'on s'est fait battre par Peter, Damien, Terry, Kunz avant d'arriver ici. Enfin...admire le couchant. N'est il pas magnifique ce soir?

Quelques minutes s'écoulèrent, je n'avais pas vu immédiatement cette autre âme noire qui se tenait devant moi. Feunard en revanche, n'hésita à me le faire remarquer, rugissent tout bas pour que la remarque soit faîte dans la discrétion. Je le regarde. Quel être étrange! Je me levai pour le saluer mais il ne me répondit par une question de rhétorique dîtes d'une voix peu agréable.Son ton ironique était incisif à souhait, chose rare ces temps ci mais dont la pique n'était pas suffisante pour me faire sortir de mes gonds. J'en riais doucement, en revanche, Feunard n'appréciait guère qu'on me parle ainsi. Montrant ses crocs au couple étrange, j’apaisais sa colère en caressant le haut de sa tête.

-Oui c'est moi. Du moins, c'est que les gens font de moi. Si je peux inspirer d'autres personnes à suivre la même voie, j'en suis heureuse mais de là à parler d'idole est un peu fort. Je ne suis qu'une dresseuse après tout doublée d'une grande rêveuse. Je pris une longue respiration. La seconde phrase fut prononcée plus bas, ce fut presque un murmure, une parole balancée dans le vent Fallait bien que je trouve ma place de toutes façons.

Mon regard se tourna vers le petit pokémon qui trônait sur son épaule, un charmant Evoli au gris pelage scintillant. Un de ces pokémons dit chromatique comme il en était rare d'apercevoir, surtout avec les évènements qui surviennent un peu partout sur la contrée. Ma concentration s'envola rapidement, je cherchais en ma mémoire où est ce que j'avais vu ce jeune homme aux traits déformés par tout le sérieux de son être malgré des airs juvéniles. Sa chevelure longue et noire allait de paire avec sa tenue de même teinte. A l'un de ses doigts, une bague de femme. Je l'observai attentivement, plongée dans les souvenirs de mes premiers pas à Alma. Oui! Cet homme et cet Evoli...je les avaient déjà vu! Mais où? ... Ah! Sûrement à Skyearth! Là où l'Ascenserion m'avait déposée! Il y a dans cette ville l'Académie Pokémon, le tout premier lieu qui me fut conseillé en tant que nouvelle arrivante, premier bâtiment juste après le Centre Pokémon bien évidemment! Je me souviens de l'atmosphère collégiale qui y régnait en maître, le son d'une cloche retentissait sous un soleil doré. A l'intérieur, étudiants et auditeurs libre s'y pressaient avec hâte dans l'espoir que leur ponctualité soit récompensée par un cours intéressant. L'extérieur n'avait rien de repoussant! Au contraire, les grands arbres fournissaient l'ombre sous dans laquelle les jeunes couples venaient se reposer au détour d'un déjeuner sur l'herbe et où les groupes d'amis se réunissait pour exposer leurs idées, les hauts faits dans des rires tonitruants qui éclataient joyeusement deçà delà dans les jardins. Je ne suis pas restée bien longtemps à Skyearth pour y suivre tout les cours, seulement un ou deux jours au plus, l'Académie n'était pour moi qu'un passe-temps comme un autre, un simple lieu où je pouvais venir rêvasser tranquillement. Les seules choses dont j'ai souvenir, ne se résumait qu'au cours du Prof.Chen venu exceptionnellement du Bourg-Palette et du cours d'un jeune homme. Comment se nommait il déjà? Il était tout aussi souriant que cet homme là! Professeur...Professeur....Del...Delf...quelque chose. Argh! Prof...Prof...Prof...

-Et vous? Êtes vous bien le savant Prof.Delfyxion? J'en avais imité le ton, souriant légèrement. Je ne le connaissais que vaguement après tout.



Dernière édition par Melody O'Hara le Jeu 5 Juil - 20:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prof.Delfixyon
Admin
avatar

Messages : 132
Pokedollars : 2181
Date d'inscription : 22/04/2012

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet: Re: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   Lun 18 Juin - 11:14

J'avoue ne pas m'être rendu compte du ton que j'avais pris, disons que c'est simplement devenu une habitude de parler aux personnes que j'apprécie peu de cette façon, souvent cela finissait mal et ils sortaient de leur gong pour me frapper, mais je m'y attendais souvent comme si je cherchais intérieurement ce résultat, non pas que j'aime me faire frapper tout simplement pour confirmer mon opinion sur les personnes, confirmer leur manière d'être, être sur que ce sont tous les mêmes. Après tout, n'est-ce-pas le rôle d'un savant d'en apprendre plus sur ce monde ? Mes méthodes me permettent juste d'obtenir le résultat plus rapidement.

Mais cette fois-ci, c'était Evoli qui m'avait mordue l'oreille, comme si elle voulait me dire que j'avais été trop dur avec la jeune fille, après tout comme je l'ai dis, je n'utilise ce ton qu'aux personnes que je n'aime pas, or cette fille je ne la connaissais pas, j'avais dis auparavant que je ne la jugerais pas et pourtant je me l'étais permis inconsciemment, comme quoi, je ne suis pas forcément une bonne personne. Je m'attendais donc à ce que la jeune femme s'énerve ou tout simplement parte d'ici, cette situation était d'autant plus probable pour la bonne raison que son Feunard était entrain de grogner doucement, j'allais donc avoir la confirmation que j'attendais, comme toujours.

La dresseuse caressait son pokemon pour le calmer, mais elle était elle-même entrain de me dévisager, de m'analyser un peu de la même manière que moi, elle réfléchissait surement à la manière dont elle allait me répondre, elle était déjà moins impulsive que pas mal de personnes que je connais, beaucoup se seraient déjà énervés sans réfléchir, c'était plutôt intéressant. Une chose me dérangea cependant, après m'avoir analysée elle se mit à rire doucement, se moquait-elle de moi ? Il faut dire qu'employer ce ton sur une inconnue peut paraître étrange voir comique !

Pendant mon attente, je remarquais que le soleil laissait place à la lune, et que l'on commençait à y voir de moins en moins. Le paysage n'était pas fort plaisant, il faut dire que cette ville n'est pas faite pour attirer du monde, cela reste une station de repos. Des arbres non taillés, des mauvaises herbes de partout, la seule chose plaisante à ce moment restait le silence qui commençait à s'installer vu que la piscine et les sources thermales venaient de fermer. J'aime le silence, c'est ce doux son qui me permet de penser, ce qui me permet de me souvenir de bons ou de mauvais moments, on peut dire que je suis un nostalgique qui aime se rappeler de son passé même si je m'efforce de ne pas penser à certains passages. Ce sont ces passages qui me font revenir à la dure réalité, je vis dans un monde corrompu et détestable, je n'arrive toujours pas à aimer cette époque.

J'étais encore dans mes pensées quand elle se mit à me répondre, elle avait confirmée être la maître pokemon mais sans grande prétention, elle disait aussi être une rêveuse ce qui me rappelait quelques nouveaux dresseurs à qui j'avais confié leur premier pokemon. Mais ce qui m'étonna surtout fut sa deuxième phrase, à peine perceptible, mais j'eus pu l'entendre, cette phrase assez lourde et remplie de tristesse me laissait songer qu'elle n'avait pas eu un passé des plus heureux. Je commençais à regretter ma phrase, elle ne semblait pas être une dresseuse mise sur un pied d'estale dès la naissance, je ne savais rien de son passé, mais ce dont j'étais sur c'est que j'avais eu tord de lui parler ainsi. Cette pensée fût confirmée lorsqu'elle regarda avec un grand sourire mon Evoli, on pouvait voir l'étincelle dans ses yeux, l'amour qu'elle porte pour ces créatures. Mais elle effaça rapidement cette expression en se mettant à réfléchir, elle essayait de se souvenir de quelque chose apparemment, cette chose n'était rien d'autres que mon identité dont elle se rappela finalement. Elle me demanda si j'étais bien le professeur Delfixyon de cette région, elle me demanda ceci sous un ton que je connais bien, le même ton que j'avais utilisé précédemment, elle ne s'énervait pas, elle n'était pas partie, elle avait simplement répondue à ma question de la même manière que celle-ci avait été posée. Rien n'est plus humiliant que de subir sa propre idiotie, mais bon, je l'avais bien mérité. Pour cette raison, je frottai ma nuque d'un air gêné, et je lui répondis en souriant :

Je ne pense pas que le terme "savant" soit approprié, mais oui c'est bien moi. Sinon, je tiens à m'excuser pour le ton que j'ai pris, ce n'était pas correct de ma part.

On peut penser que le ton, et ce mouvement que j'avais utilisé était prémédité, mais pas du tout, disons simplement que cette fille semblait amicale et gentille et que inconsciemment, j'étais devenu le temps d'une phrase, une personne ressemblante. Voyant le ciel commençant à s'assombrir pour laisser place à la nuit, j'eus une idée pour continuer cette conversation.

Tiens, pour m'excuser, pourquoi ne pas aller boire quelque chose au centre pokemon ? Votre pokemon semble en forme, mais une vérification ne fera pas de mal.

Cette fois par contre, j'avais vite repris mes esprits en ce qui concerne l'invitation au centre pokemon, ces quelques dialogues échangés avec elle n'étaient pas suffisant pour me faire une véritable idée sur elle. Mon côté curieux reprenait le dessus, enfin, je ne pense pas que l'on peut appeler ça de la curiosité.
Enfin, l'idée de vérifier l'état de son pokemon n'était qu'un prétexte, un prétexte peu convaincant certes mais c'était tout de même ça. Après tout, pourquoi accepterai-t-elle cette invitation avec une personne qui n'a pas été sympathique avec elle ? Ce prétexte pouvait donc m'aider à continuer cette conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemonrpgv3.probb.fr
Melody O'Hara
Maître Pokemon d'Alma
avatar

Messages : 118
Pokedollars : 2142
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Quelque part, dans les cieux

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet: Re: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   Jeu 21 Juin - 21:34

Une invitation à se rafraîchir le gosier dans un centre pokémon? Voilà qui me surprenait de la part de cet être que je n'avais vu qu'une ou deux fois auparavant et dont la façon d'aborder les gens, laissait à désirer. Peut on vraiment lui en vouloir d'avoir une personnalité aussi sombre? Bien sûr que je le connaissais qu'à peine, comment pouvais deviner à sa seule vue qu'un triste sir se tenait devant moi? Si comme moi vous avez l'expérience du voyage et des rencontres hasardeuses tel que je l'ai, alors vous savez lire dans les yeux, vous percez les faux sourires, vous devinez au ton de la voix si en face de vous, l'homme tend à vous mentir. Or là, je le sentais franc à son contact, cela me plaisais car la mémoire se jouait de moi parla résonance d'une voix grinçante pour les autres, agréable pour moi. Mais ce vieillard là, devait rester là où il était: dans mon cœur, sans jamais en ressortir pour provoquer mes pleurs. Pourquoi diable pensais je à lui? Il n'a rien à voir dans cette situation! Ah si! Le comportement franc du jeune professeur.

Feunard se leva en même temps que moi, un œil toujours méfiant à l'égard de mon comparse de beuverie. J'avais beau lui répéter que sa colère était illégitime et qu'il en était même inutile de réagir ainsi alors que l’offense n’eut lieu mais il était têtu le pokémon! Bah! Rien de bien important, il n'oserait jamais me désobéir à ce point tant il m'était loyal, le prof ne risquait rien si ce n'est d'être épié toute la soirée. Lors de notre traversée, je sentais dans l'ombre d’innombrables petit diamants aux rouges éclats clignoter à notre passage, la nuit appartenait désormais aux pokémons ds ténèbres habitués à ce paysage désolé. L'ambiance y était tellement morne que si des stèles étaient plantées de ci de là, un cimetière y aurait toute sa place! L'un d'entre eux tenta un assaut, cependant, le petit mouvement de recul que j’effectuai n'était rien aux soirées en pleine forêt. Vraiment, rien à voir avec ce que j'avais vécu. Était ce une forme de courage? Non, simplement de l'habitude. Mais je ne pouvais m'en plaindre car, mon but était d'obtenir la tranquillité qui me devait être échue depuis plus d'une semaine. Ces pokémons des rues ne pouvaient rien faire pour me dissuader. En fin de compte, le lieu était idéal pour moi! Le vent parfait dans son souffle frémissant à peine les cheveux par sa douceur tandis que nous passions le seuil du Centre Pokémon. Confiant mes partenaires aux bons soins de l'infirmière Joëlle, qui devait être la seule à ne pas s'extasier devant moi, je m’asseyais à une table disposée dans le coin où viennent les dresseurs pour se restaurer en l'attente des soins.

-Si Feunard se porte comme un charme, il doit être épuisé d'avoir marché toute la journée. Dis je en faisant un clin d'oeil à l'intéressé. Et dire qu'il ne supportait pas une matinée de marche quand nous avons quittés Doublonville.

Je regardai de nouveau l'Evoli à la fourrure argentée, attirée par ses yeux, il avait un regard aussi expressif que celui d'une poupée et tout aussi ardu à déchiffrer. Cet éclat mystérieux aux propriétés extraordinaires, cet éclat que peu d'êtres ont le pouvoir de se vanter. Cette pupille éclatante, où nichent espoir et tendresse, me semblait étrangement familier. D'ailleurs, j'étais prête à mettre ma main au feu qu'un certain Feunard l'avait déjà au début de notre histoire. Le commencement...le commencement de notre aventure sembler remonter aux origines de ma naissance et pourtant, à ma conscience, mon choix décisif à la vieille semblait être prit. Éprise par l'occasion que me donnait les affres de l'esprit, je sortis du fin fond de mon sac fidèle, une ancienne carte afin de confirmer mes soupçons. Cette vieille carte de dresseur datait de l'époque où mes pas m'amenèrent à quitté Jotho pour découvrir les paysages de Kanto, et dont l'existence n'avait d'autre justification que la nostalgie pure. Ma main sur le pendentif fétiche, et donc, sur la chevalière calligraphiée en or, mes désirs de passé revinrent au galop en créant il ce besoin irrépressible, cette nécessité de me souvenir grâce à la magie qu'exerce le sourire figé pour l'éternité, d'une bouille tout juste pré-ado.
Spoiler:
 

Ma fugue, ma rencontre avec le vieux, le meurtre, notre départ, les dresseurs battus, les badges amassés, les mésaventures passées, les désillusions, etc... Un léger rire s'échappa d'entre mes lèvres, la nostalgie m'avait prise au point que j'en avais oublié le professeur. Pouvait il comprendre ce que je ressentais en voyant cette photo? Pouvait il deviner un seul instant que derrière le rire, une larme était toujours prête à couler? Un maître pokémon n'avait droit aux sentiments extravagant. Quand j'y repense, Peter, Blue, Cynthia et Goyah n'étaient pas des modèles d'expression, il n'y avait que Marc qui soit faisait l'usage. Voyant un manque de réaction évident, Delfixyon commençait à piquer ma curiosité. Pourquoi? Fallait bien que quelqu'un engage la conversation, en l’occurrence, moi.

- Quand est ce que vous l'avez croisé votre pokémon? Et de quand date votre dernier sourire au passage? Dis je avec ironie, au risque probable d'être broyée sous les foudres du professeur.


[Excuse moi si c'est court, je ne savais trop quoi mettre]

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Melody O'Hara le Mar 3 Juil - 21:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prof.Delfixyon
Admin
avatar

Messages : 132
Pokedollars : 2181
Date d'inscription : 22/04/2012

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet: Re: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   Ven 22 Juin - 6:45

Melody sembla accepter en se levant, son pokemon se leva également mais en me regardant toujours d'un air méfiant, il ne me faisait pas confiance et cela se voyait. La dresseuse semblait essayer de le convaincre depuis un moment, mes ses paroles ne semblaient pas l'atteindre, je me dis que ce n'était pas l'autorité le problème, j'avais pu voir son match et son pokemon était parfaitement à l'écoute, après, est-ce-que cette confiance aveugle n'est présente que pendant les match ? Je me le demande... Ou bien peut être est-ce moi le problème, après tout, je n'ai jamais été sociable, je n'ai jamais eu de contact amical avec une personne depuis des années. Peut être que je ne savais tout simplement pas m'y prendre, que mon esprit était seulement fait pour réfléchir et avoir des réponses, mais pas pour avoir des amis. Comme on dit, on ne peut pas tout avoir ! Aussi, nous nous mirent à marcher.

Une conversation bien silencieuse, il faisait maintenant nuit, seul quelques lampadaires éclairaient notre route, nous pouvions à peine percevoir le sol en vieux béton sur lequel nous marchions. Il n'y avait aucun bruit certes, mais l'agitation était là ! On pouvait percevoir dans cette sombre avenue, des yeux rouges, surement des pokemons ne sortant que la nuit, qui ne sont pas du genre amicaux et qui n'ont jamais aimé les humains. Mais, peut-être sont-ils simplement incompris ? Après tout, ces pokemons n'ont pas eu droit à une chance de la part des humains, ils n'ont été que rejetés sans avoir le droit à l'amour, que c'est triste... Mais cependant, je n'avais pas envie de les aider. Personne ne m'avait aidé quand moi j'en avais eu besoin, je ne comprenais pas pourquoi d'autres y auraient le droit.

En étant dans mes pensées, je n'avais pas remarqué qu'un de ces pokemons s'était approché de nous. Il fonça sur la dresseuse, d'une allure vive, prête à mettre à terre sa cible, quand elle n'eut qu'à faire deux petits pas en arrières pour esquiver celui-ci. Impressionnant non ? On aurai crû que ce n'était pas la première fois que cela lui arrivait, il y avait vraiment quelque chose d'étrange chez elle, je devais savoir ce que c'était, cela m'intéressait de plus en plus. J'eus pu remarquer que son Feunard n'avait pas bougé à l'approche du pokemon, comme s'il savait que sa dresseuse n'aurait aucun mal à esquiver le coup, ce Feunard avait une personnalité bien à lui.

Nous arrivâmes finalement au centre pokemon, Melody confia ses compagnons à l'infirmière qui ne dit rien de plus que d'habitude, surement l'une des seules à ne pas s'extasier devant le Maitre. Le regard de Melody se posa sur mon Evoli, toujours situé sur mon épaule, elle semblait le dévisager, l'analyser en essayant de le comprendre, je ne bougeais pas, j'attendais juste de voir ce qu'elle allait faire. C'est là qu'elle sortit de son sac une vielle carte de dresseur, je dis vielle car elle était abîmée. Je me penchais pour voir de plus près la carte et je remarquai que c'était sa propre carte, mais datant d'une autre époque puisque le goupix sur la carte était à présent un Feunard. Je vis également les badges qu'elle possédait, sur cette image ce n'était pas les badges de cette région mais ceux de Johto, elle venait donc d'ailleurs, mais d'où je ne peux le savoir.
Je pus percevoir sur son visage, un léger sourire, un sourire que je connais bien, un sourire nostalgique, ses souvenirs semblaient lui revenir, on pouvait voir l'éclat dans ses yeux. Ce genre de sourire n'est pas un sourire heureux, il est plutôt triste, on se souvient souvent de belles choses mais aussi de choses plus douloureuses, et souvent, ce sourire prévient d'une larme qui risque de couler tôt ou tard...

Et là, tout s'effaça, elle se retourna vers moi comme si de rien n'était, puis me demanda qu'en est-ce que j'avais rencontré ma chère Evoli pour la première fois, question bien curieuse mais il fallait bien engager la conversation. Elle enchaîna de suite en me demandant d'un ton ironique à quand remontait mon dernier sourire... Quelle question, elle commençait à bien me cerner, il est vrai que je ne souris pratiquement jamais. Mais soit, les questions étant intéressantes, je répondis :

En voilà des questions intéressantes. Pour répondre à la première, j'ai rencontré Evoli durant mon voyage, elle était sous la pluie entrain de perdre la vie quand je l'ai sauvée et prise avec moi. Puis je dis une dernière phrase d'un ton plus bas, Je me demande bien si ce n'est pas elle qui m'a sauvée... Cette deuxième phrase m'avait échappée, elle révélait un passé sombre que je ne voulais pas montrer, mais il était trop tard pour corriger cette erreur.

Quant à la deuxième question, je n'ai jamais souris autant que durant mon enfance, mais les évènements ont fait que cette habitude c'est perdue avec le temps. Le ton triste que j'avais pris ne fit remonter en moi que de très lourds souvenirs que je voulais plus que tout oublier, il fallait que je pense à autre chose, c'est là que j'eus une idée.
Je peux me souvenir de la dernière fois, c'était la fois où j'ai rencontré Evoli, j'étais heureux d'avoir rencontré quelqu'un à qui je puisse me confier, je n'étais plus seul. Cette fois, j'étais plus nostalgique qu'autre chose, je n'avais même pas remarqué qu'une larme avait glissée de ma joue.

Ne voulant pas trop m'éterniser sur le sujet, je lui demandai :

Je vous ai donné mes réponses, à vous de me donner les vôtres. Vous semblez avoir un lourd passé, je connais ça, c'est la raison pour laquelle je sais que parler du passé peut plus faire mal qu'autre chose. Mais j'aurai bien une question, à qui appartient ce Feunard ?

J'avais pris un air sérieux, j'avais remarqué depuis un moment que ce Feunard n'était pas à elle au départ, plusieurs choses m'avaient amenées à penser cela, je trouvais donc la question intéressante à poser.


[Ce n'est pas grave, c'était plus que suffisant pour ma réponse]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemonrpgv3.probb.fr
Melody O'Hara
Maître Pokemon d'Alma
avatar

Messages : 118
Pokedollars : 2142
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Quelque part, dans les cieux

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet:    Sam 23 Juin - 20:52

A peine venais je de digérer les réponses émises, grandement salutaires au passage, pour la soif de curiosité insatiable qui me torturait l'esprit, que le noir individu se pressa de m’interroger à son tour. Et quelle interrogation si je puis dire! Si surprenante que j'en restais coi pendant plusieurs secondes. Il y a de ces questions qui suscitent le rire ou bien de la gêne, d'autres la colère et même l'hystérie cependant, certaines ont pour vocation à provoquer la surprise exprimée par l'étonnement. J'avais de quoi être surprise! Depuis mes premiers matchs à ma consécration, personne auparavant n'avait jamais remarqué, que mon plus fidèle compagnon n'était pas le fruit d'une capture naturelle. Avouez que cela est impressionnant! Ce que mes adversaires les plus proches, les champions, les médias et les fans n'avaient su voir, lui, l'avait deviné en l'espace d'un crépuscule! Décidément bien curieux ce jeune professeur, très curieux même! De tels talent d'analyse, je ne les avaient observés que rarement au cours de mes voyages et seuls une poignée de scientifiques pouvaient se vanter d'avoir de telles capacités mais aucun d'entre eux n'eu la clairvoyance d'entrapercevoir les liens qui m'unissent à ce pokémon. Personne ne s'en était aperçu...aucun être extérieur à mon étroit cercle de connaissance...jusqu'à cette soirée d'été.
Détournant instinctivement le regard vers l'être au bleu pelage, celui ci ne trouvait rien d'autre à dire qu'un vague regard expressif, accordant son feu vert pour que la véritable histoire soit révélée. Delfixyion m'avait glissé dans sa réponse, qu'il avait deviné un lourd passé traîné par ma conscience et dont l'expérience personnelle lui avait prouvé que la difficulté d'en discuter était tout aussi ardu que de le porter en sa mémoire. Un éclat attirant mon regard, je voyais désormais la douleur cristallisée en cette larme glissant le long de son visage de marbre. Un autre comparse de la souffrance, une autre victime de ce monde...
Hésitante, je ne savais comment avouer la chose. Merde! Pourquoi était ce si difficile?

-Vous êtes bien le premier à comprendre ça! Mais vous avez raison, il ne m'appartiens pas à la base. Pour répondre à votre question, et bien, Feunard...appartenait il y à longtemps à un homme, un dénommé Terence O'Hara qui fut mon mentor. A l'époque il n'était que Goupix, lui et son propriétaire s'entendaient à merveille mais...il a été....il a été....a..

Je coupai de moi même mon élan, sans que Delfixyon eu quoique ce soit à prononcer. Il y avait comme un blocage avec ce terme, une sorte d'interdiction inconsciente de prononcer ce mot ignoble si le nom correspondant y était associé. Je ne pouvais pas, c'était impossible! Remémorer cet instant revenait à revoir ce sang couvrir mes mains et dont l'hallucination atroce hante parfois mon éveil lorsque je lis un article sur le sujet ou bien, lorsque le songe distrait, tend à se repasser la scène au ralentit. De plus, j'avais répondu à la question, il n'en avait pas demandé davantage à croire que ce professeur n'était pas plus curieux que cela. ou bien, était il plus enclin à respecter la vie privée des gens. Qui sait? A peine étions nous entrés dans une conversation, que nous parlions nostalgie comme si nous fûmes deux anciens collègues en pleines retrouvailles. Comme si nous étions deux êtres qui se trouvent et se comprennent au fur et à mesure que les révélations éclatent. Je trouvais cette situation à la fois charmante et désuète, mais il ne fallait pas immédiatement parler de compréhension mutuelle dès le début d'une rencontre. Un murmure m'échappa à nouveau dans ce sourire étrange propre à mon être:

-Je sens que ce soir, la nostalgie va venir sonner à ma porte. Je n'ai pas peur de ressasser les souvenirs douloureux. Non je n'ai pas peur, je n'ai pas peur...Un doux rire résonna encore, empreint seulement de gêne vis à vis du professeur. Le temps de reprendre un gorgée de mon soda, que je revenais à la charge en quête d'épaule sur laquelle je pouvais me reposer quelques instants. Nous sommes entre passés sombres apparemment! Déclarais je dans le sourire, Une question me brûle les lèvres professeur: de quoi ce pokémon vous a t-il sauvé?

Je pouvais tout comprendre...tout...malgré mon jeune âge, la vie m'avais tellement été hostile que les expériences malheureuse se sont répétées, encore et encore, dans une sorte de cercle, une ronde à l'infini qui ne cessait de me persécuter. Pourtant, je prenais la vie du bon côté, je m'efforçait à rester vivante en souvenir des bons instants comme une sorte de promesse faîte aux morts. Mieux encore, des vivants m'attendaient impatiemment dans les terres d'en bas, persuadés de mon échec si les images ne sont parvenus à eux. Mais ce n'était pas là le plus important! Je regardai le professeur, l'air si absent et pourtant tellement attentive aux paroles. J'essayais tout simplement de m'imaginer la scène de leur rencontre, ce magistral tableau empli de tendresse et de beauté. Elle mourante sur son rocher, le flambeau de la vie s'éteignant tout doucement dans ses yeux, souffle après souffle, sous cette pluie battante et lui, petit garçon apparemment perdu recueillant le pokémon entre ses bras. Une amitié indéfectible naît entre le pokémon et l'humain, dans ce tacite accord des grands esprits. Deux êtres persécuté par le monde...sa me rappelait quelque chose ça! A moins que ce ne soit mon imagination? Bref!

Mon pokémon préféra s'éloigner, visiblement étouffé par l'atmosphère des lieux. Il dépassa le seuil de la porte et sortit tout simplement, en jetant des éclairs dédaigneux de son regard hautain à toute les personnes autour de nous. Sa manière de se mouvoir était composé de gestes élégants, comme toujours d'ailleurs et, à peine avait dépassé le seuil de la porte que sur nous se posa bien des yeux. En effet, les dresseurs présents nous regardaient, dizaines de paires d'yeux ingénus rivés sur nous. Soit! Je devais m'en accommoder car ma nouvelle condition les menaient à me regarder avec cet air éberlué comme s'ils avaient vus un spectre. De plus, la passion allait bientôt s’essouffler, mon apparition n'allait bientôt plus provoquer l'apparition de troupeaux humains ou du moins, je l'espérais vivement. Écoutant l'aube d'une réponse de la part de mon interlocuteur, je laissai de côté ces individus. Dès lors je comprenais le ressentiment des pokémons au zoo de Parmanie, pauvres pokémons... comme je les comprends désormais!
Invitant promptement le professeur à poursuivre la discussion à l'extérieur, à l'image mon compagnon, je quittai la table à laquelle nous étions assis en jetant quelques pokédollars sur la table afin de payer les consommations. Il m'étais vitale à ma santé mentale que l'air du soir puisse s'engouffrer dans mes poumons. Il faut dire, qu'il y avait aussi dans ce centre pokémon une certaine odeur désagréable qui flottait dans le hall! Une effluve de médicament ou de je ne sais quoi mais qui avait le don de me remémorer les souvenirs liés à l'hôpital de Doublonville. Il fallait que j'en sorte et vite! Pas besoin de m'étaler sur le sujet, c'est compréhensible non? En courant je me précipitai à l'extérieur tel un boulet de canon, mon corps enfin libéré de ce lieu pour le moins malsain. Evidemment, j'allais y retourner prendre mes pokéballs, plus tard sûrement ou bien, au petit matin si les affres du réveil n’engourdissent pas mon esprit. Sous le firmament, je m'installai sur un banc, pensive en attendant que le professeur se manifeste en chassant ma solitude. Feunard était effectivement parti faire sa balade, comme souvent lorsque nous séjournions dans des villes auparavant. Bientôt, il allait revenir et s'installer à mes côtés...


_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Melody O'Hara le Mar 3 Juil - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prof.Delfixyon
Admin
avatar

Messages : 132
Pokedollars : 2181
Date d'inscription : 22/04/2012

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet: Re: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   Dim 24 Juin - 7:13

Mes réponses n'eurent d'effet que de l'étonner, même si cela se voyait qu'elle en attendait plus, après tout je n'avais donné qu'une réponse brève sans énormément de détails. Je n'avais pas envie de déballer ma vie à une inconnue, ou du moins, je le ferai peut être plus tard dans la soirée si les réponses qu'elle m'a donnée m'ont suffis. Après avoir posé ma question à la dresseuse, je vis sur son visage se dessiner des traits d'étonnement. Elle était étonnée, peut être même impressionnée que j'ai trouvé ça en une seule soirée, mais pourtant j'avais pu voir ce que je voulais. Tout d'abord, son Feunard lui obéissait parfaitement pendant les combats, mais cette autorité était perdue en dehors des matchs. Le Feunard avait l'air de bien s'entendre avec son Maître mais le lien n'était pas le même, on pouvait penser que son véritable maître l'avait rejeté ou bien tout simplement le pokemon s'était enfui, ce qui ne serai pas étonnant au vu de son orgueil. Je ne pouvais savoir. La seule manière de savoir était que la jeune fille me réponde pour que je me fasse une véritable idée sur la chose.

Elle se mit avec énergie à me répondre, ses phrases s'enchaînèrent à vive allure, comme si elle connaissait l'histoire par coeur. Elle dit que son compagnon avait appartenu à un certain Terence O'Hara. Qui cela pouvait-il bien être ? Son père ? Son grand-père ? Ou même un frère peut être ? Ce qui était sur, c'est que c'était un parent, le nom de famille "O'Hara" n'est pas répandu à ma connaissance. Elle me décrit ensuite la relation qu'entretenaient le dresseur avec son pokemon, disant qu'ils s'entendaient à merveille, mais je ne pus entendre la fin de sa phrase, une expression horrible s'était dessinée sur le visage de la jeune fille, elle semblait se rappeler de quelque chose, quelque chose d'horrible qui coupa son élan et qui la fit s'interrompre. "Il a été..." qu'est ce qu'elle pouvait bien vouloir dire ? Quelque chose était arrivé au dresseur, mais quoi ? J'envisageais le pire des scénarios même si j'espérais que je me trompais, son visage qui s'était figé de la sorte révélait quelque peu la fin de cette phrase... Il faut dire qu'elle m'en avait dit bien plus que ce dont je demandais, je ne m'attendais pas à une réponse aussi complète ! Enfin je dis complète, mais il manque la partie la plus importante, mais je préfère ne pas lui demander pour le moment, cela semble être une des parties sombre de son passé.

J'eus pu entendre un murmure, elle avait dit quelque chose tout bas, je pense avoir entendu qu'elle parlait d'une soirée nostalgique, mais je n'en suis pas sur. Son visage redevint souriant, elle pensait enfin à autre chose finalement, c'était tant mieux. Elle dit plus fort que nous étions entre passés sombres, elle l'avait donc compris avec mes réponses, ce n'était pas mon intention mais dans tous les cas elle n'avait pas tord. Elle me posa ensuite la question la plus intéressante que l'on met jamais posé, une question profonde dont la réponse révélerait une grande partie de mon passé. Pouvais-je lui en parler ? Est-ce que je pouvais lui faire confiance ? Je ne le savais pas, mais l'expression sur son visage tout à l'heure me rappelle l'expression que je prends en repensant au passé, aux passages douloureux de mon existence.

Le Feunard était parti, fidèle à lui même j'ai envie de dire, mais la raison était surement que nous étions, depuis le début de notre conversation, observé de toute part par ses rapaces de journalistes. On commençait à étouffer là dedans, de plus, je ne voulais pas qu'ils entendent mon passé, ils n'ont pas à le savoir, ils s'en serviraient pour le titre de journal, ils déballeraient ma vie privée au plus grand monde possible, c'est leur seul but. Certes ils font leur métier, mais c'est surement l'un des métiers que je déteste le plus. Mais n'y pensons plus, Melody se leva également, elle devait surement penser pareil que moi vu qu'elle sortit du Centre Pokemon. Je me levais donc à mon tour pour la rejoindre et continuer notre conversation à l'extérieur, à l'abris des spectateurs.

Dehors, la nuit s'était bien installée. Il faisait beau ce soir là, je pouvais percevoir une multitude d'étoiles ainsi que la lune. Ces lumières naturelles me permettaient de voir suffisamment aux alentours. Je pouvais voir oui, mais je n'entendais rien, les pokemons de rue avaient déjà dû abandonner leur chasse pour ce soir et étaient rentrés dans leur tanière. Plus aucun bruit donc, juste le roucoulement des quelques oiseaux se trouvant dans ces arbres dont les jeunes feuilles ont éclos à cette saison. Il ne faisait pas froid, à cette époque de l'année même la nuit est agréable. Je continuais à analyser le paysage quand je me rendus compte que j'avais complètement oublié Melody, elle devait être entrain de m'attendre quelque part non loin d'ici. Je la trouvais finalement sur un banc, seule, sans son compagnon qui ne devait pas être encore rentré de sa balade. Il devait faire ce genre de choses assez souvent pour que la dresseuse ne se mette pas à le rechercher.

Je m'installais à côté d'elle, regardant les étoiles, je songeais à ce que j'allais lui répondre. J'avais besoin d'en parler avec quelqu'un, cela me ferai peut être du bien qui sait. Tout en continuant à regarder le ciel et en caressant mon Evoli, je lui répondais :

Ce pokemon m'a sauvé de la pire souffrance qu'il soit, la solitude. J'ai perdu mes parents assez tôt dans des circonstances qui font que je déteste la plupart des gens, eux qui n'ont rien fais pour les sauver... J'ai erré seul pendant longtemps, je songeais aux pires choses qu'il soit malgré mon jeune âge, j'avais des envies de vengeances énormes et je ne sais pas comment j'aurai tourné si je n'avais pas rencontré mon compagnon. Celui-ci était aussi seul que moi, nous nous étions bien trouvés. Je n'étais plus seul par la suite, cela redonna un sens à ma vie, je savais désormais ce que j'allais faire par la suite. Je m'interrompais en disant plus bas, Et dire que je vous raconte ça, vous devez me trouver bien ennuyeux..

N'attendant pas de réactions de sa part, je lui demandais à mon tour :

Je vous ai révélé un passé méconnu de tous, mon passé. Je vais donc vous poser à peu près la même question, je ne vous obligerai pas à répondre, je sais que c'est douloureux. Mais j'aimerai savoir, qu'est-il arrivé à votre parent ?

Je disais parent, car après tout, je ne savais rien d'autres à part le fait qu'ils semblaient appartenir à la même famille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemonrpgv3.probb.fr
Melody O'Hara
Maître Pokemon d'Alma
avatar

Messages : 118
Pokedollars : 2142
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Quelque part, dans les cieux

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet: Re: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   Dim 1 Juil - 20:30

Que devais je faire? Réveiller cette ancienne part de moi même où siège souffrance et regrets? Ou bien, gardais je le silence face à la curiosité du jeune professeur? L'azur portant vers le lointain un regard éteint, il y avait dans ma cervelle, un combat qui malgré mon visage sans traits déformés, faisait rage entre deux camps opposés. D'un côté, accepté de dévoiler le souvenir au risque de revoir le sang couler ou bien, se taire et en rester là pour la nuit. Que faire? Je ne le savais mais la décision devait rapidement venir sous peine de subir un trop long silence. En réalité, j'avais réussis à sceller ce souvenir au fin fond de ma mémoire, là ou la brève revue ne pouvait pas atteindre, un tour de force maintenu depuis mon séjour à l'hôpital jusqu'à cette nuit. Il fallait que je le fasse, pour moi et pour lui! Une pensée pour le ciel, un regard vers la terre et ma voix fébrile s'élevait dans le silence d'InterCity au travers de ce même sourire nostalgique qui me figeait les lèvres dans cette même expression mélancolique:

-Il...n'était pas réellement un proche à moi. Pour tout vous avouer, je suis orpheline. Mr.O'Hara et moi même, n'avions en commun que l'affection et non le sang. Il fut le premier à m'ouvrir une porte. Mais un jour, alors que nous sortions d'un restaurant, il fut a...a...

Et je m'arrêtais là, confuse par le flot de souvenirs qui m'envahit subitement tel un torrent ravageant tout sur son passage. Je sentais qu'aux bords de mes yeux, naissaient des larmes, mes joues chauffaient également et ce que je craignais, revenait au galop. En effet, sur mes mains à demi éclairées par la lune, surgissaient de nulle part, quelques tâches sanglantes. La vision oubliée....l'horreur du passé....et ce mot qui obstinément, refusait de sortir! Le trouble m’envahit, il était bien trop tard pour faire machine arrière! Je devais le dire, l'avouer! Ce que des dizaines de personnes n'avaient prit que pour un simple assassinat, revenait sous mes yeux jouer le dernier acte. La brouillard, les cris, etc...tout résonnait dans ma tête tandis que mon corps tremblait telle une feuille sur le point d'être arrachée, sans exagération aucune, l'émotion était à son comble! *Je n'ai pas peur...je n'ai plus peur...je n'ai plus peur...* Cette vague pensée peinait à se faire entendre mais gagnait néanmoins de l'assurance au fur et à mesure que le temps passait. Mes mains serrant ma tête, j'essayais du mieux possible à prononcer l’imprononçable me faisant violence alors qu'à l'instant même dans ma mémoire, se jouait l'instant où je découvrais le cadavre inanimé.

Il a été abattu. Froidement. Je pris une profonde respiration, l'air me semblait enfin plus agréable ,Un Dimoret. Je n'ai jamais su par qui ni pourquoi. Feunard était aussi présent cette nuit là.

D'un bond je me levai, le cherchant du regard mais le bougre ne réapparaissait toujours pas. Un oeil pour la lune, ce même astre qui m'avait lâchement abandonné au cours de la soirée funeste, ma rancune envers elle s'était effacée. Mes larmes cessèrent, j'omettais de maintenir plus longtemps en ma mémoire puisque la chose était dite.

-Ensuite, j'ai sombré dans la folie. Une sorte de colère envers le monde entier comme responsable de ma perte. C'était la première fois de ma vie, où j'avais tant de peine au point de perdre tout repère. Feunard et moi avions réussit à s'en sortir au final, il fut mon Evoli. Je me retournai, le regard planté dans les yeux du pokémon, J'ai gardé son nom, une sorte d'hommage après tout ce qu'il a fait pour moi. J'ignore si sa perte est semblable à celle d'un père ou d'une mère. Étions nous si différents au fond? Dans un cas comme dans l'autre, un pokémon nous avait sauvé. Quelles créatures fascinantes! A vos côté, elles se battent pour vous et ont même le pouvoir de redonner la raison à ceux qui l'on perdu. Souvent la question traditionnelle d'une vie alternative ou "Comment aurait été ma vie sans Feunard?" était une récurrence pour moi. Cependant, le questionnement n'était que bref à chaque fois, la vie actuelle me semblait d'ailleurs plus plaisante à vivre malgré mes souffrances passées. Ma quête d'identité ayant toujours été la plus forte, il est naturel pour moi que d'aller de l'avant. Aller de l'avant...cette même phrase qui m'avait fait quitter ce maudit orphelinat. Quand j'y repense, l'ensemble de ma vie s'est basé là dessus! Mais bref! Passons! Un autre problème me préoccupait de manière plus gênante.

-Le sang...est il encore là?

La question s'adressait à moi même. En effet, sans que je ne sache pourquoi en revanche, mon corps continuait de trembler. Hésitant à regarder de nouveau mes mains, je ne pouvais m'empêcher de pousser un cri devant le sang qui recouvrait dorénavant mon bras entier. Pourtant, tout cela n'était que vision de l'esprit, il n'y avait rien de réel et je le savais, mais mon angoisse grandissante ne parvenait à se calmer malgré mes nombreuses tentatives. Pourquoi? Je me devais de le découvrir. Je respirais fortement, comme si je fus essoufflée par une quelconque course, j'essayais du mieux possible à récupérer le contrôler sur moi même. Un effet secondaire du souvenir sans aucun doute! Cela ne partait jamais en un clin d'oeil. Il n'y avait que la vue de Feunard qui pouvait me calmer dans ces cas car sa présence, tel un remède, avait cette capacité formidable à m'apaiser au point de quiétude. Malheureusement, Feunard n'était toujours pas revenu de sa balade et cela faisait déjà une bonne demi heure depuis que le maudit goupil avait quitté ma route pour choisir la sienne, sans retour. Etrange, voila ce qui me venait à l'esprit! Sa réapparition n'était jamais aussi longue de coutume, ce qui permit à l'inquiétude d'apparaître.....de manière très brève! Et oui! Quand le mal être commence à m'envahir, Feunard surgit toujours d'entre les ombres pour venir me soutenir comme à l'époque. Fidèle compagon que celui ci, malgré le nombre incalculable de ses défauts. Le serrant dans mes bras, sentant contre mes joues la douceur de sa soyeuse fourrure, tout les symptômes qui jusque là me tourmentaient, s'envolèrent par la chaleur enivrante de ce pokémon feu.

-Quel idiot! Je croyais que la Team Céleste avait fait main basse sur toi! Lui murmurais à l'oreille.
-Ce n'est pas ces tocards qui m'auront! Ne m'empêche pas d'aller respirer l'air du soir pour ce misérable prétexte. Rétorqua t-il à mon égard, rendant mon chuchotement sur la même intensité.

L'étreinte terminée, je pouvais désormais regarder à nouveau le professeur, dans ce même sourire indéfinissable qui me caractérisait.

-Ne parlez a personne de cette histoire. Je ne veux que cela s'ébruite.Afin de nous changer les idées, voulez vous aller manger un morceau? A ce mot, je sentis mon estomac gronder. Depuis midi, je n'avais songé à manger...

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Melody O'Hara le Mar 3 Juil - 21:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prof.Delfixyon
Admin
avatar

Messages : 132
Pokedollars : 2181
Date d'inscription : 22/04/2012

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet: Re: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   Lun 2 Juil - 12:24

Après avoir posé ma question, elle se mit à hésiter, un choix s'opposait à elle, tout me dire ou ne rien révéler. Ne rien me dire m'aurait convenu, il est vrai que révéler son passé à un inconnu était plus qu'insensé ! Après tout, je n'étais rien dans sa vie, elle ne connaissait rien de moi à part les quelques informations que l'on pouvait grignoter à la télé, des informations sans importances ou complètement fausses, ne révélant rien de personnel sur moi. Mais après tout, qui avait fait le premier pas ? J'avais eu l'idée loufoque de lui révéler ce que je pense être la chose la plus personnelle sur moi, mon passé. Je ne la connaissais pas, j'étais dans la même situation qu'elle sur ce qui est de la connaître. Et pourtant, je l'avais fait, il y avait en elle quelque chose de semblable à ce que j'avais vécu, quelque chose qui faisait brisé ma carapace que j'avais imposé entre moi et le reste du monde. C'est cette ressemblance qui attisa ma curiosité envers elle et qui fait que je veux encore en savoir plus.

Elle se mit enfin à me répondre, avec le même entrain que la dernière fois, les infos fusèrent à vive allure, j'appris qu'elle était orpheline, qu'elle n'avait aucun lien de famille avec la personne qu'elle avait citée, puis au moment où elle allait finir sa phrase, elle s'interrompit encore une fois, en tremblant, ses souvenirs douloureux étaient revenus visiblement. Revenons un peu à chaque élément de cette phrase, elle disait être orpheline ce qui me laissait penser à l'enfer qu'elle avait pu vivre dans un orphelinat. Il parait que les conditions de vies là-bas sont très pénibles mais tout ceci est caché aux inspecteurs, on ne voit pas la face cachée qu'abrite ces bâtiments. Si elle était orpheline, on pouvait exclure le fait que ce Terence était de sa famille, mais je pouvais donc en déduire que c'était lui qui avait adopté la jeune fille.

La jeune maître avait les joues rouges, les larmes au bord des yeux, elle était terrifiée par son propre passé. Elle était comme perdue, paralysée et prisonnière de ses propres émotions, cela m'attristait de voir un tel visage souffrir. Puis, ce triste visage changea peu à peu, elle semblait reprendre confiance en elle, elle me fixa et finit enfin sa phrase avec plus de courage que jamais. Et le pire scénario que j'avais envisagé était finalement le vrai, son père adoptif avait donc été assassiné et d'une bien triste manière, par un Pokemon. L'idée qu'un pokemon puisse commettre de tels actes m'écoeure, cela prouve à quel point ce monde peut être cruel et pervertis. Un Pokemon avait également, d'une manière indirecte certes, assassiné ma famille. Mais ce n'était pas son intention, et je ne pense pas qu'un Pokemon puisse avoir de réelles envies de meurtre, les fautifs restent encore et toujours les dresseurs contrôlant ces Pokemons.

Elle avait dit que Feunard était également présent à ce moment puis elle se leva d'un coup et sembla le chercher, il est vrai que cela faisait maintenant un moment que le pokemon nous avait faussé compagnie. Puis elle s'arrêta de nouveau puis me parla, elle m'en révéla plus que ce dont j'avais demandé, elle voulait peut être vidé son sac ou simplement une sorte de confiance s'était peut être installée entre nous ? Je ne le sais pas, mais ces aveux m'en dire d'avantage sur la suite de son histoire. Elle disait avoir sombré dans la folie mais s'en était finalement sortie grâce à son Feunard, elle comparait ce lien avec celui que j'entretenais avec mon Evoli. Est-ce que ce lien était vraiment semblable ? Peut être bien oui, ces pokemons nous avait sauvé de notre solitude, pour moi, ce genre de Pokemon vaut mieux que beaucoup d'humains.

Le Feunard revint finalement, au grand soulagement de sa dresseuse. Cela me faisait plaisir de les voir entrain de se chamailler.. Hum, attendez une seconde ? Son pokemon aurait répondu à sa dresseuse ? Ce serai donc un pokemon parlant ? Très étonnant. Après l'avoir serré dans ses bras, elle se leva puis me demanda si je voulais aller manger quelque chose. J'eus pu entendre son ventre gargouillé, je n'avais pas spécialement faim mais c'était le moins que je pouvais faire que de lui tenir compagnie après de telles révélations.

Je n'en parlerai à personne. Bref, allons manger ! dis-je avec un sourire sincère cette fois.

Nous nous dirigions donc vers un restaurant, enfin vers le seul restaurant présent dans cette ville, peut être que d'autres révélations m'attendaient ou alors allais-je devoir lui avouer encore plus de choses sur moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemonrpgv3.probb.fr
Melody O'Hara
Maître Pokemon d'Alma
avatar

Messages : 118
Pokedollars : 2142
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Quelque part, dans les cieux

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet: Re: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   Mar 10 Juil - 13:30

Dans l'air du soir, le professeur et moi même, nous nous mettions en marche afin de rejoindre un restaurant. Lorsque le nombre de possibilités ne s'élèvent qu'à une seule, difficile d'être indécis qu'en au choix de l'établissement. Cette ville, je ne l'avais finalement que survolée lors de ma première visite, et en ce temps là, mon observation des plus perspicaces avait remarqué un manque évident d'activité dans le coin. Mais je n'étais là que de passage, je ne savais pas que l'inactivité était à l'année et non périodique aussi, il n'était pas étonnant de ne croiser qu'un seul établissement dans la restauration. L'heure du dîner était dépassée, qu'elle ne fut pas ma surprise lorsque je vis la salle pleine! A peine avions nous franchit le seuil de la porte, que mes narines frémissaient déjà grâce aux délicieuses effluves émanant des cuisines, cette chaleur à la fois enivrante et accueillante me rappelait bien des étapes de mon voyage ainsi qu'à mes dernier instants de joies en présence d'un être apprécié. Un léger mouvement de tête pour repérer une table vide, je ne pouvais m'empêcher d'exprimer ma satisfaction quand je découvrit auprès d'une fenêtre, une table tout juste débarrassée de ses couverts. De nature, je ne suis pas une personne si expressive mis à pars lorsque sont abordés des sujets sensibles, mais je dois avouer que la faim vous torturant l'estomac et la joie de découvrir que le repas est à votre portée, vous fais grandement gagner en expressivité. Quoique...peut être que ce phénomène m'est exclusif? Allez savoir....

Je fis signe au professeur, pointant du doigt ma merveilleuse découverte. Mon empressement pour m'y rendre n'avait d'égal que la famine, à peine lui avais je montré que je m'y rendais en vitesse, n'hésitant pas à bousculer quelques clients bien sagement assis et dont la surprise de me voir faisait briller leur pauvres yeux déjà aveuglés par les chandelles de table. En effet, une lumière tamisée pour assurer la pénombre des doux secrets, des bougies par dizaines, l'ambiance tournait au romantique dans les environs! Mais moi, bourrine que je suis comme tout être affamé, je n'en avais cure! Et c'est à voix haute que je commandai un serveur pour qu'enfin, nous puissions prendre commande. Le professeur avait à peine eu le temps de s’asseoir qu'un majordome aux apparences distinguées, nous questionna sur la nature de notre commande. Pour ma part, mon désir s'abattit en tombant sur le menu du chef, entendez par là, le menu exclusif à la journée.

Après une matinée de marche, un maigre repas pris à la va-vite sur les abords d'une fontaine, un combat contre un jeune homme et l'énergie ahurissante qu'absorbe les voyages mentaux, ce n'était pas un petit plat qui allait me contenter! Reste plus que l'attente, interminable ligne droite vers les bonheurs de la gastronomie! Mon mal devait être pris en patience, je connaissais la règle comme personne après avoir vu tant de villes et villages! De plus, contrairement à mon dernier repas en restaurant, j'avais un compagnon avec qui je pouvais converser librement malgré nos liens récents. Un parfait étranger qui pourtant, en savais sur moi bien plus de choses en une seule soirée, que le petit monde d'Alma en une semaine! Cependant, qu'il est bon de pouvoir se confier à un humain! Déballer son passé, libérer de la vapeur à une oreille inconnue ne me semblais pas être une action si salutaire aux premiers abords mais lorsque je vis que le professeur suivait la même voie.... mon doute s'envola lorsque ses mots percutèrent mon esprit à demi troublé. Peut être allions nous continuer sur notre lancée? Probable... en revanche, les propos allaient être plus doux à resurgir afin que la soirée ne se finisse pas de trop mauvaise manière. Des souvenirs légers, joyeux, à des années lumières des meurtres, assassinats et autres funestes instants.

-Je me souviens de notre première rencontre. Vous ne vous en souvenez pas sans doute, mais c'était à Skyearth. La plateforme m'y avait déposé comme tout nouvel arrivant, et en perte de repère, je demandais quel lieu pouvait on visiter. On m'avait recommandé l'Académie. Le professeur Chen venait de finir son cours, j'eus juste le temps d'échanger quelques mots avec lui en ami. Vous êtes arrivés, il s'installa à côté de moi pour écouter votre cours. Je me rappelle de mon étonnement lorsque vous avez pénétré l'amphi théâtre! Pensez vous! Depuis Jotho j'étais habituée à des professeurs quadragénaires voir plus! Il n'y avait que le prof. Keteleeria pour faire baisser la moyenne d'âge! C’était un cours sur quoi déjà? Les mythes il me semble. Je ne sais plus. Vous sembliez si sérieux que cela m’avais intrigué. Maintenant je comprend mieux pourquoi. Un petit silence, j’essayais de lui faire la conversation sans trop abordé la douleur qu‘apporte les souvenirs d‘enfance, Avez-vous déjà visité d’autres régions que celle-ci? Ou bien, n’avez cous jamais quitté votre île?

Mes efforts dans le domaine de la vie sociale ont toujours portés leurs fruit de sorte que j’étais dorénavant capable de suivre une conversation sans basculer dans le monde de la rêverie. Plusieurs personnes avant lui en avait fait les frais, une ancienne habitude énervante selon les dires. J’avoue qu’il doit être agaçant de parler dans le vide lorsque vous pensez être écouté, mais que voulez vous? C’était une manière de vivre et de penser comme une autre, un moyen de se protéger du monde extérieur qui me persécutait avec ardeur jadis. Mais cette habitude était devenue obsolète! J'avais enfin l'envie d'écouter les autres sans jamais plus me replier sur moi même. Non, je n'étais plus ainsi, du moins depuis mon arrivée sur cette île comme si....comme si mes craintes et mes méfiances envers le monde s'étaient définitivement dissipées après tant d'années de voyage.
Quand j'y repense, depuis mon départ de Doublonville, je n'avais cessé d'évoluer, devenant moins agressive et moins sur les dents, reprenant confiance en la nature humaine tout en connaissant ses tares les plus obscurs. Les pokémons, formidables créatures, sont la clé de voûte de tout cela. Si jamais à nouveau une déception de leur part me parvevenait, j'ignore encore si la vie me semblerait aussi belle! Je m'égare une fois de plus, mes oreilles se devaient d'êtres attentive aux réponses du professeur. Sur quoi, je poserais à nouveau des questions tant cette homme m'était intriguant. Lui et son Evoli sont deux grand mystères, inaccessibletel le sommet du Mont Sephir, avec ce comportement tellement particulier qu'il en effraie certaines personnes . Pour ce que j'avais entendu, ces rumeurs qui courent la région, il n'était rien de plus qu'un marginal agressif envers l'importun qui oserait déranger ses moeurs. Bizarrement, cette légende était à la fois fausse et vrai. Je ne saurais dire pourquoi, jamais auparavant je n'avais croisé un tel individu. Décrire son comportement était trop ardu pour moi! Mais pourquoi avais je ce besoin d'analyser, de comprendre?! Cela faisait des lustres que cela ne m'étais pas arrivé! De plus, jouer aux fins psychologues n'est pourtant pas ma spécialité mais c'était une des qualités requises pour devenir maître, chose à laquelle mon enfance et mon adolescence fut dédiée. Et voila que je repars dans mes pensées....C'en est presque triste! Heureusement que je suis capable de faire plusieurs choses en même temps et dans ce cas précis, réfléchir et écouter! Feunard était à mes côtés, soupirant.



_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prof.Delfixyon
Admin
avatar

Messages : 132
Pokedollars : 2181
Date d'inscription : 22/04/2012

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet: Re: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   Lun 6 Aoû - 8:45

Une fois arrivé au restaurant, je vis que celui-ci paraissait déjà plein. Je continuais toujours de scruter pour découvrir par chance une table vide, mais je commençais à me décourager... C'est là que Melody me fit signe, elle n'était plus à côté de moi mais elle se trouvait juste à côté d'une table vide en la montrant du doigt d'un air d'excitation. Je ne la savais pas si expressive, c'était étonnant venant d'elle, un côté enfantin l'accompagnait toujours visiblement, c'était plutôt amusant, ou alors elle était tout simplement affamée, chose qui ne m'étonnerait pas vu l'heure qu'il était. C'est avec cet enthousiasme qu'elle se fit bien remarquer par les autres clients, tous la regardaient sans bouger de leur siège, seul quelques uns avaient pu la voir de prêt, mais ils s'étaient fais bousculer par la dresseuse dont la seule chose qui l'animait était la famine. Quant à moi, je la rejoignis en me faisant plus discret, l'excitation de la jeune fille n'était pas communicative, enfin, pas avec moi. Il faut dire que pour que je devienne enthousiaste à ce point, il faudrait vraiment que j'en ai envi, et ça ce n'est pas prêt d'arriver.

A peine j'étais assis sur ma chaise que Melody se mit à crier dans tous le restaurant pour faire venir un serveur, je ne pris pas air désespéré comme j'en avais l'habitude, je laissai même échapper un sourire, cela m'amusait réellement de la voir comme ça après la discussion que nous avions eue. Enfin, c'est ainsi qu'un serveur arriva presque aussitôt, celui-ci, derrière ses allures d'homme distingué, paraissait limite inquiet après le vacarme qu'avait fait ma compagne, il s'attendait plus à une réprimande si vous voulez mon avis, et pourtant, nous l'avions seulement appelé pour passer commande, il devait être soulagé quand il découvrit ceci.
Melody passa rapidement commande en demandant le menu du jour, quant à moi, je fus un peu plus long à me décider, je ne savais pas ce qu'il se trouvait dans ce "menu du chef" et la prise de risque ne me plaisait guère, j'avais envi de bien manger ce soir. Je demandai donc des tagliatelles à la carbonara pour être sûr de finir le repas avec le sourire.

Ce repas allait me faire le plus grand bien après la journée que j'avais passé, tout d'abord beaucoup de marche pour arriver dans la ville et puis bien sûr la rencontre avec ce Maître Pokemon tout à fait particulier. Jamais je ne m'étais confié à quelqu'un de la sorte et le fait de l'avoir fait si facilement avec une personne que je connaissais qu'à peine était bien étrange. Enfin, pourquoi se remettre en question ? Tout ceci m'avait fait le plus grand bien et je pouvais déjà dire que cette dresseuse n'avait rien de superficielle, c'était une personne avec un lourd passé qui avait su remonter la pente, beaucoup de personnes normales ont du avoir une vie semblable à la sienne et je ne pouvais lui en vouloir d'avoir réussie par la suite.

Melody se remit à parler, elle se remémora notre première rencontre, j'avoue que je ne m'en souvenais pas vraiment avant qu'elle m'en parle, mais une fois ceci-fait, tout redevint plus clair. C'était pendant un cours à l'Académie, j'étais passé juste après le professeur Chen, imaginez la pression de passer après un tel homme ! J'avais parlé ce jour là des mythes Pokemon, sujet qui me tenait à coeur vu que l'un de ces mythes m'avait fait subir d'atroces souffrances par le passé, je ne pouvais donc prendre ce sujet à la rigolade.

Oui, je m'en souviens à présent, je vous avais remarqué quand vous étiez à côté du professeur Chen. Vous sembliez être intéressée par le cours, chose rare par rapport à la plupart des personnes qui se trouvaient dans la salle. Je ne pouvais qu'être sérieux en parlant de ce sujet... Mais c'est surtout la pression de passer après le professeur le plus connu au monde qui me donna cet air, enfin c'est ce que je pense.

J'avais à peine eu le temps de répondre qu'elle enchaîna en me posant une autre question, elle demandait si j'avais déjà visité d'autres régions. La réponse était facile, aussi je lui répondis directement :

Je n'en ai jamais eu l'envie. J'ai toujours vécu ici et seule cette île m'intéresse, les autres régions ont déjà été explorées, il ne reste que celle-ci qui détient le plus de mystères... Et puis, il y a bien assez de professeurs dans celles-ci, je suis très bien ici.

J'utilisais de faux arguments, la véritable raison était que je n'avais aucune envi de quitter la région dans laquelle se trouvait mon passé. Je restais accroché à celui-ci, incapable de tourner la page, c'est peut être de là que venait le problème, si je venais à quitter cette île, peut-être que j'arriverais enfin à trouver le sommeil et pour finir, tourner la page sur cette histoire sombre... Mais pour le moment, je ne pouvais m'y résoudre et ce n'est pas demain la veille que je changerai d'avis, je suis comme ça.
La dresseuse me semblait tellement dans ses pensées que je me demandais même si elle avait écouté ma réponse. Dans tous les cas, c'était à mon tour de lui demander quelque chose, je pris une gorgée de vin que nous avions commandé pour ce repas, puis lui demandai :

Et vous ? J'ai entendu dire que vous veniez d'une autre région et que vous aviez tenté votre chance dans plusieurs. Mais tout ceci reste flou, j'aimerais savoir quel est votre véritable parcours. Je ne veux pas que vous me ressortiez des moments dures de votre passé, je me contenterai des régions, il serait bête de terminer cette soirée d'une façon dépressive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemonrpgv3.probb.fr
Melody O'Hara
Maître Pokemon d'Alma
avatar

Messages : 118
Pokedollars : 2142
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Quelque part, dans les cieux

Fiche du voyageur
Niveau: 1
Expérience du personnage:
0/100  (0/100)
Liste de vos RP en cours:

MessageSujet: Re: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   Mar 9 Oct - 19:53


-En effet...Ce serait dommage professeur. Dis je souriante. Par quoi pourrais-je commencer?

Selon moi, mon parcours n'avait rien de bien particulier, j'étais née sans parents, je me suis enfuie afin d'échapper à la triste réalité de l'orphelinat pour filialement en confronter une bien pire. J'avais fait mon petit bonhomme de chemin, sans écart remarquable et j'avais jusqu'au bout mené mes idées, tout simplement. Si les gens apprenaient cette vérité, aurait-ils encore ces yeux emplis d'admiration? Aurait-ils plus de considération envers leur nouveau champion? Peut-être...je n'entre pas dans les pensées des gens que je sache encore, je ne pratique que la télékinésie dans le domaine surnaturel.
J'hésitais à vrai dire, ne sachant par quel bout de ma vie débutait la route, était-ce à cet instant où le goupil enflammé faiblissait sous la tempête? Etait-ce à l'instant même où je pris le train pour Doublonville? Ou bien, était-ce lorsque la mort se dévoila sous mon regard apeuré? Si moi, le doute sur les origines de ma passions me restaient inconnues, nul autre pouvait le savoir...Ah! Si! Cet instant magique où la flamme s'éveilla de mon âme, du moins en apparence, ne pouvait être que le jour où ce magnifique Mew apparut devant mes yeux alors que je sombrais dans les abîmes de l’inconscience. Oui. Si j'avais toujours eu ce désir de partir, ma battue resta néanmoins le moment déclencheur de toute mon aventure. Une fois le doigt dessus, plus question de reculer au niveau des révélations!

-Vous savez Prof, le parcours d'un maître n'est pas toujours aussi palpitant comme on pourrait vous le faire croire. J'ai commencé à Jotho, là-bas j'ai réussis à me frayer un chemin jusqu'à la ligue où Peter m'attendait. Massacrée! Je riais, J'étais vraiment très impétueuse à l'époque, très mauvaise perdante aussi et la défaite fut si amère, que j'en pleurais. J'eus des conseils avisés qui me permirent d'avancer jusqu'à Kanto. Mais je crains, que le résultat fut exactement le même. Nouvelle défaite, try again, on s'y fait au bout d'un moment. Suite à cela, je suis partie à Hoenn mais le premier membre du Conseil des 4 m'avait rapidement refroidi les ardeurs. Sinnoh fut un nouvel échec, Unys également et....je me suis arrêtée là au niveau des régions terrestres! Ma prochaine étape fut Alma et me voila, enfin Maître. Comme quoi, être têtu peut servir dans certains cas, je ne pense pas avoir un talent particulier pour le combat, seuls mes pokémons sont responsables de mes victoires.

Blablabla....quelle pipelette je fais quand je m'y met! Est-ce ce soda qui provoque un déliement de langue? Ont-ils glissé du vin dans mon plat? De la drogue? Ou simplement que je suis plus sociable que je ne le pensais? Quatre réponses fausses! Je me sentais simplement assez à l'aise pour pouvoir parler librement jusqu'à ce que...je me rende compte de l'étrange quiétude de la salle. Etrange en effet car, j'ai beau être maître, je ne pouvais distraire à ce point les regards pour que les ventres soient oublié! Et à question stupide, réponse stupide: la salle était tout simplement vide de ses clients, la faute à une heure tardive et à une ville paisible. Que voulez vous, lorsque vous êtes habitués à l'activité trépidante des grandes villes telle que Safrania, Doublonville, Volucité ou même Happyville, se retrouver dans un tel coin paumé relevé de l'ennui voir, de l'agacement. Bah! Qu'importe l'activité urbaine tant que l'on est en bonne compagnie! Nous ne pouvions parler que plus librement encore! J'étais de bonne humeur malgré la tristesse des propos tenus plus tôt, j'avais encore faim malgré la quantité non négligeable d'aliments ingérés, j'avais la tête dans les nuages malgré un discours plutôt enflammé, je reconnait être assez bizarre parfois et je l'admet! Que puis-je faire contre ces troubles de la personnalité? Rien qui puisse me faire voir la vie d'une plus belle façon! Ces écarts personnalités, ce contraste omniprésent dans mes actions et dans mes paroles, à la fois sérieux et léger, je le présentais au quotidien mais cela n'avait guère l'air de gêné, donc, tant qu'à faire, autant continuer sur cette lancée!
Du moins...jusqu'à la prochaine rechute! Me retournant, je voyais Feunard avec son fameux simulacre de sourire...quel emmerdeur parfois! Et hop! Repassant du Poussifeu au Zéblitz (Traduisez cela par "passer du coq à l'âne), je m'adressais au professeur:

- Les chaînes d'Alma passent-elles sur les ondes terrestres? Je veux dire, est-ce qu'il reçoivent la télé Almienne en bas? Ou, de manière générale, ont-ils des nouvelles d'ici? Je n'ai pas vraiment fais attention lorsque je suis passée maître. Quand je vivais en bas, d'Alma je ne savais que sa position mais ce qu'il s'y passait m'était totalement inconnu. Alors, vous le savez Prof? Fis je en riant, Faudrait quand même que je pense à les contacter de nouveau, Morgane serait ravie d'apprendre que je me suis assagie au cours de mon voyage. Vous savez qui est Morgane? Que savez vous de la terre ferme en fait?



_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Simple ou complètement superficielle ? [PV : Melody O'Hara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Go Habs Go - Simple Plan
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» 1x08 - Simple Little Melody
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon RPG V3 :: RPG : La région d'Alma :: InterCity-
Sauter vers: